Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Butineurs du Val de Bièvre
Articles récents

Des insectes butineurs (1)

11 Août 2015 , Rédigé par Dan Failler

le moro-sphinx, un papillon migrateur !

Le moro-sphinx est un beau ténébreux pas trop farouche avec les photographes.

Ce papillon possède une trompe qui peut se dérouler et s'enrouler rapidement.Elle ne sert qu'à aspirer des aliments liquides le plus souvent sucrés.Le pollen se colle sur cette langue ce qui en fait un pollinisateur malgré la distance avec la fleur.

Il pratique le vol stationnaire comme le colibri.

La langue des moro-sphinx est très longue pour atteindre des corolles très profondes.
La langue des moro-sphinx est très longue pour atteindre des corolles très profondes.La langue des moro-sphinx est très longue pour atteindre des corolles très profondes.

La langue des moro-sphinx est très longue pour atteindre des corolles très profondes.

Le moro sphinx vit dans le sud de l'Europe pendant l'hiver et remontevers le nord pendant la belle saison (de plus en plus tôt en raison du réchauffement climatique).

Les arbustes qui fleurissent au coeur de l'été et souvent jusqu'en automne ont plusieurs points communs :

- Création artificielles

- géniteurs origine asiatique

- Les fleurs exhalent un parfum agréable qui attire les butineurs.

Il s'agit ici d'un Caryoptéris x qui ne se trouvent pas dans la nature  mais uniquement dans les parcs et jardins 

Avec de bons yeux, on aperçoit le pollen sur la trompe !

Avec de bons yeux, on aperçoit le pollen sur la trompe !

Toutes les photos par dan Failler.
Lire la suite

le pic épeiche et les vieux arbres.

2 Août 2015 , Rédigé par Dan Failler

Nous sommes au mois de juin 2015 sur le boulevard de la Vanne à Cachan.

C’est un raffut incessant qui nous alerte de la présence d’une nichée de pics.

Le nid est situé dans le trou d'un magnifique robinier faux accacia, l'arbre d'un jardin sur le bord du boulevard.

Il s'agit du pic épeiche un oiseau commun et habituellement discret sur le coteau.

le jeune  possède une calotte rouge, le mâle est pourvu d'une bande de plumes rouges sur la nuque, absente chez la femelle.le jeune  possède une calotte rouge, le mâle est pourvu d'une bande de plumes rouges sur la nuque, absente chez la femelle.
le jeune  possède une calotte rouge, le mâle est pourvu d'une bande de plumes rouges sur la nuque, absente chez la femelle.

le jeune possède une calotte rouge, le mâle est pourvu d'une bande de plumes rouges sur la nuque, absente chez la femelle.

Du matin au soir, Les jeunes de la nichée émettent un appel strident et répétitif pour réclamer d'une manière incessante de la nourriture.

Les parents se relaient toute la journée pour subvenir à la pressante demande et les passages sont fréquents car l'oiseau parent ne régurgite pas , ne stock pas dans son jabot .Il apporte des larves, des insectes non avalés.

Le pic épeiche est commun en Ile de France car il bénéficie de la présence de grands réservoirs forestiers mais la déforestation est la menace la plus importante qui pèse sur lui.

On le rencontre aussi dans le milieu urbain dans certaines conditions :

Comme on le voit sur les photos, il préfère des boisements agés. donc des vieux arbres.

Ce qui nous rappelle l'importance de préserver les arbres anciens pou favoriser sa nidification en ville.

En ville les vieux arbres ont mauvaise presse pour des questions de sécurité et souvent d'anciennes mauvaises habitudes.

Les Butineurs du Val de Bièvre installent des nichoirs adaptés à cette espèce. Les premiers essais ne sont pas concluant car les nichoirs sont d'avantage occupés par les étourneaux et les mésanges charbonnières.Un nichoir ne remplace pas un arbre !

Et enfin l'échange de coup d’œil entre le photographe et l'oiseau. Le pic n'aime pas se laisser observer et tourne autour du tronc pour se cacher Ici un regard qui semble dire "je t'observe aussi !".

Et enfin l'échange de coup d’œil entre le photographe et l'oiseau. Le pic n'aime pas se laisser observer et tourne autour du tronc pour se cacher Ici un regard qui semble dire "je t'observe aussi !".

Le statut de corridor écologique est tout à fait justifié pour ce boulevard car la biodiversité présente est importante et de qualité.

Son intégration dans les PLU  des  villes traversées, en qualité de réservoir et de couloir de circulation des espèces- tout le long du Val de Bièvre- serait le signe d'une volonté affirmée de protéger la biodiversité urbaine.

Voilà qui rappelle la cruelle absence de SCOT dans la communauté d'aglomération du Val de Bièvre, l'outil urbanistique adéquat pour traiter ces questions d'environnement.

Il y a aussi la présence des trois ruchers et du jardin partagé qui viennent renforcer cette nature.Le message des abeilles rappelle de ne plus utiliser les produits phytosanitaires dans les jardins des particuliers, produits tellement destructeurs pour la chaine alimentaire des écosystèmes.

La réouverture des sources d'eau très nombreuses sur le coteau donnerait  à ce coteau des lettres de noblesse environnementale.

Cela n'est bientôt plus une utopie. car la conscience que  ce monde (qui perd tous les jours sa faune et flore) peut devenir un paradis est entré dans la majorité des esprits. Et on peut espérer que ces enjeux participeront aux prochaines campagne électorales.

Le rucher du jardin panoramique situé près du boulevard de la Vanne. Ce rucher contribue à améliorer la diversité biologique du coteau de la vallée de la Bièvre. Au fond à gauche, l'aqueduc est le prolongement du Boulevard  et traverse la vallée.Le rôle que pourrait jouer ce monument dans une trame verte est évident !

Le rucher du jardin panoramique situé près du boulevard de la Vanne. Ce rucher contribue à améliorer la diversité biologique du coteau de la vallée de la Bièvre. Au fond à gauche, l'aqueduc est le prolongement du Boulevard et traverse la vallée.Le rôle que pourrait jouer ce monument dans une trame verte est évident !

Lire la suite

Une rencontre au parc départemental des Hautes Bruyères.

27 Juillet 2015 , Rédigé par Dan Failler

Ce 15 juillet 2015, l’association les Butineurs du Val de Bièvre a rencontré d’une manière tout à fait conviviale et simple, Hélène de Comarmond, élue du département 94 à l’environnement, accompagnée de Gaelle Laouenan, directrice des espaces verts et des paysages dans ce même département.

Ce fut un moment d’échange constructif où de nombreux thèmes liés aux activités de l’association ont été abordés lors de la visite du rucher et des parcelles archéologiques du parc des Hautes Bruyères devenues un lieu riche en biodiversité grâce à une gestion différenciée.

.

Une rencontre au parc départemental des Hautes Bruyères.

Voici un résumé des points clés qui ont jalonné la conversation pendant notre promenade :

- Comment intégrer les parcelles du parc dans le programme de la Trame Verte Lilas-Bièvre et leur donner la qualité de “Réservoir de biodiversité” ?

- Comment agir afin que les corridors de circulation qui relient les réservoirs de biodiversité indispensables aux déplacements et au développement de la faune et à la dispersion de la flore sauvage, ne soient pas vidés de leur sens par des aménagements uniquement pensés pour les humains avec une végétation décor.

- Quelle gestion différenciée pour les abeilles sauvages, que l'on découvre de plus en plus diversifiées et nombreuses, au fil des saisons dans le parc ?

- Quel est l’impact du rucher et des abeilles domestiques sur l’environnement du parc ?(apport de ressource pour les oiseaux nicheurs, meilleure pollinisation des plantes dans les jardins familiaux, des arbres et des fleurs sauvages des alentours).

- Quelle est l'opportunité d’une présence animale domestique comme les moutons sur le parc ?

- Nous avons souligné l’importance de la présence des haies pour les oiseaux nicheurs et de la tranquillité des lieux pour les oiseaux hivernants et nicheurs.

Bref, des thèmes chers aux adhérents des Butineurs du Val de Bièvre.

 





 

 

 

Une abeille solitaire visible sur l'hôtel à abeille du rucher et un schéma qui résume le principe de la trame verte.Une abeille solitaire visible sur l'hôtel à abeille du rucher et un schéma qui résume le principe de la trame verte.

Une abeille solitaire visible sur l'hôtel à abeille du rucher et un schéma qui résume le principe de la trame verte.

Mais les deux représentantes du département sont venues avec un cadeau fabuleux !!!

La remise en état d’une mare dans les parcelles est programmée. Cela donnera aux parcelles une très grande qualité environnementale.

Cette nouvelle est de toute première importance pour le crapaud calamite photographié dans les parcelles il y a encore quinze jours. Le crapaud calamite est une espèce mobile adaptée aux milieux dynamiques. Il colonise les plans d’eau d’eau pionniers, en particulier ceux créés par l’homme.

Le crapaud calamique est menacé par la disparition de son habitat.

 

 

 
Le crapaud calamite est protégé à l'échelle internationale (convention de Berne annexe 2 directive habitats annexe 2, 4).Le crapaud calamite est protégé à l'échelle internationale (convention de Berne annexe 2 directive habitats annexe 2, 4).

Le crapaud calamite est protégé à l'échelle internationale (convention de Berne annexe 2 directive habitats annexe 2, 4).

Et bien sûr, c'est devenu une habitude, la promenade se termine par la dégustation de la récolte de miel 2015.

Hélène de Comarmond et Gaelle Laouenan ont emporté chacune un pot de miel, symbole de la même volonté d'améliorer la biodiversité dans le Val de Bièvre et bien au-delà !

Lire la suite

Visite de rucher

27 Juillet 2015 , Rédigé par Dan Failler

Ce matin, un mercredi du mois de juin les enfants de la classe de Dominique D. ont investi le rucher associatif du parc départemental des Hautes bruyères.


Cette fois c'est une école du Kremlin Bicêtre dans laquelle les Butineurs Interviennent régulièrement tous les ans.

Nous apportons des données sur les abeilles domestiques.

Le travail effectué en parallèle pendant l'année avec leur professeur a donné à ces élèves une connaissance sur l'apiculture et le rôle des insectes butineurs, d'un bon niveau.

C’est un moment de calme, relaxation, observation et empathie avec les abeilles domestiques, devant les ruches en activité intense.C’est un moment de calme, relaxation, observation et empathie avec les abeilles domestiques, devant les ruches en activité intense.C’est un moment de calme, relaxation, observation et empathie avec les abeilles domestiques, devant les ruches en activité intense.

C’est un moment de calme, relaxation, observation et empathie avec les abeilles domestiques, devant les ruches en activité intense.

L' objectif de ces visites est de susciter chez les enfants une appétence à la connaissance des insectes, oiseaux et fleurs sauvages du territoire.
Au programme de la balade :
- Une sensibilisation et une introduction aux trames vertes et bleues

Nous développons La notion de réservoirs de biodiversité comme c’est le cas pour cette
partie du parc, dans un milieu urbain .

- et dans un autre registre, les abeilles et les émotions.

Pourquoi les insectes font peur ? Est-ce toujours le cas quand on les approche et que l'on connait leur mode de vie ?

Les enfants apprennent le respect et l’observation de la vie animale.Les enfants apprennent le respect et l’observation de la vie animale.Les enfants apprennent le respect et l’observation de la vie animale.

Les enfants apprennent le respect et l’observation de la vie animale.


Les enfants sont confrontés à la fois à une émotion intense d’appréhension et une obligation à maîtriser son sang froid car tous craignent les piqûres.

Il y a aussi une obligation à rester calme car des abeilles de si près ça imposent.

Cadre de hausse rempli de miel.

Cadre de hausse rempli de miel.

Et bien sûr la visite se termine par une dégustation (à l’écart) du miel récolté en direct.

Un rappel que même en milieu urbain il est possible de trouver des ressources naturelles.

Vous aussi faites venir les écoles de vos enfants en faisant suivre cet email à leurs professeurs.
Contact Dan Failler au 0672916304
Lesbutineursvdb@gmail.com

Lire la suite

Un essaimage en direct

26 Juillet 2015 , Rédigé par Dan Failler

A plusieurs reprises à notre arrivée dans le rucher du vignoble de Cachan, les abeilles se mettent à essaimer sous nos yeux.

Cette fois nous avons pu filmer .

L'essaimage est un moment particulier de quelques minutes pendant lesquelles les abeilles quittent la ruche pour fonder une nouvelle colonie.

L'ancienne reine fait partie du voyage avec des cirières et des butineuses.Des réserves de pollen et de miel sont également emportées afin de tenir quelques jours dans des conditions extrêmes.

Voici le départ de la ruche. Nous avons également filmé la suite....

Lire la suite

L'essaimage

14 Juillet 2015 , Rédigé par Dan Failler

L'essaimage

La période d'essaimage est un moment propice pour un contact privilégié avec les abeilles domestiques.

En effet n'ayant plus de ruche (d'habitat) à défendre elles perdent toute agressivité. Il ne faut bien-sûr pas les maltraiter

Les abeilles remontent lentement sur la main vers le bras
Les abeilles remontent lentement sur la main vers le bras

Nous avons profité pour réaliser une petite expérience.

Comment se confectionner un gant pour l'hiver ?

D'abord mettre une main dans la masse d'abeille.

lesbutineursvdb@gmail.com
lesbutineursvdb@gmail.com

En quelques secondes c'est fait.

Une sensation agréable de douceur et de chaleur envahie la main.

Bien-sûr, il n'y a aucune raison de d'être piqué mais l'excercice réclame du sang froid et une bonne connaissance du comportement des abeilles de ruches.

Les Butineurs du Val de Bièvre donnent des cours d'apiculture ou la question de l'essaimage est étudié avec soin et plus sérieusement

Quels sont ses mécanismes , comment l'accompagner, peut-on l'éviter et est-ce utile ? les conséquences sur la production de miel.

Nous étudions les techniques pour récupérer une colonie et réaliser l'enruchement avec un traitement sanitaire dans un décontaminateur.

Tel : 0672916304

lesbutineursvdb@gmail.com

Lire la suite

Le festival de l'abeille domestique, sauvage et de la biodiversité urbaine.

19 Avril 2015 , Rédigé par Dan

Le 12 avril 2015, l'association avec la complicité du département a imaginé le festival de l'abeille domestique, sauvage et de la biodiversité urbaine.

L'idée était de réunir des naturalistes, des apiculteurs et enfin des jardiniers; Le pari est gagné car ils sont tous venu et le public aussi.

Nous n'avons pas tout filmé ou photographié par manque de temps. Voici quelques extraits de cet événement fédérateur autour de la vision de l'association des Butineurs sur les abeilles.

Les abeilles sont les insectes clefs de voûte des écosystèmes. Leur disparition mettrait à mal la diversité et la richesse de la biodiversité.

Les participants à ce festival sont venus défendre des points de vue et échanger sur ce thème du retour de la nature en ville.

Guillaume Le Moine, un naturaliste spécialiste des abeilles sauvages sur le site de nidification de Dasypoda hirtipes, l'abeille à culotte. Comment protéger et mettre en valeur la présence de cette espèce ? Nicolas, un autre passionné raconte l'abeille sauvage des carrières de sable.Guillaume Le Moine, un naturaliste spécialiste des abeilles sauvages sur le site de nidification de Dasypoda hirtipes, l'abeille à culotte. Comment protéger et mettre en valeur la présence de cette espèce ? Nicolas, un autre passionné raconte l'abeille sauvage des carrières de sable.

Guillaume Le Moine, un naturaliste spécialiste des abeilles sauvages sur le site de nidification de Dasypoda hirtipes, l'abeille à culotte. Comment protéger et mettre en valeur la présence de cette espèce ? Nicolas, un autre passionné raconte l'abeille sauvage des carrières de sable.

 Dan présente les oiseaux nicheurs du parc et enfin Sébastien captive les enfants avec ses explications sur les colonies d'abeilles à miel. Dan présente les oiseaux nicheurs du parc et enfin Sébastien captive les enfants avec ses explications sur les colonies d'abeilles à miel.

Dan présente les oiseaux nicheurs du parc et enfin Sébastien captive les enfants avec ses explications sur les colonies d'abeilles à miel.

Billy fait visiter le rucher des Hautes Bruyères aux petits comme aux grands.Billy fait visiter le rucher des Hautes Bruyères aux petits comme aux grands.

Billy fait visiter le rucher des Hautes Bruyères aux petits comme aux grands.

De la musique dansante avec un groupe folk et des galettes de blé noir pour quitter le monde sérieux de l'entomologie.De la musique dansante avec un groupe folk et des galettes de blé noir pour quitter le monde sérieux de l'entomologie.

De la musique dansante avec un groupe folk et des galettes de blé noir pour quitter le monde sérieux de l'entomologie.

Lire la suite

L'atelier jardin des plantes aromatiques

6 Avril 2015 , Rédigé par Dan Failler

En projet pour 2016

Photos.

Date

Objectif

Contenu

Lire la suite

Un héron cendré s'invite au festival de l'abeille.

5 Avril 2015 , Rédigé par Dan

Bonjour les Butineurs,

Les sciences participatives ne sont pas un vain mot au parc des Hautes Bruyères.

Désormais les promeneurs habitués et appréciant la vie sauvage des lieux, nous font parvenir des observations à l'aide des téléphones portables.

Merci à Carol F. pour cette photo réalisée avec son portable.

Merci à Carol F. pour cette photo réalisée avec son portable.

La mare du parc longtemps oubliée, laissée pour compte et souvent négligée retrouve petit à petit une reconnaissance.

Elle accueille sur une faible surface une biodiversité que l’on peut qualifier de remarquable.

Un héron cendré lui rend visite pour y faire son déjeuner en ce début d’avril 2015. Cette mare est le lieu de vie d’un grand nombre de petits poissons et de batraciens qui émergent en ce moment.

Grenouille verte (Rana esculenta) et petits poisons non identifiés avec certitude.Grenouille verte (Rana esculenta) et petits poisons non identifiés avec certitude.

Grenouille verte (Rana esculenta) et petits poisons non identifiés avec certitude.

Lire la suite

Un oiseau hivernant

1 Mars 2015 , Rédigé par Dan Failler

Ombres et lumières

Hiver 2014/2015 au parc départemental des Hautes Bruyères.

D’où vient-elle, cette bergeronnette des ruisseaux (motacina cinerea) ? Sans doute un passereau en migration descendu du nord de l’Europe qui fait la pause depuis quelques jours dans le nouveau bassin du parc.

Un oiseau hivernant Un oiseau hivernant

Le jaune très vif de l’arrière (plumes sous-caudales) ainsi que la grande longueur des rectrices (queue) sont caractéristiques de l’espèce.

Exemple de nichoir pour bergeronnette des ruisseaux à installer au niveau des berges ou sous un pont dans un endroit discret à l’abri des animaux domestiques et des promeneurs.

Un oiseau hivernant Un oiseau hivernant

Le passereau est classé en “préoccupation mineure” en Ile-de-France dans la liste rouge des oiseaux nicheurs, mais sa présence dans le parc prouve l’utilité d’un milieu aquatique, même s’il a été artificiellement créé.

Un oiseau hivernant
Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>