Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Les Butineurs du Val de Bièvre
Articles récents

Au coeur de la pollinisation

14 Mars 2016 , Rédigé par Photos et texte de Dan Failler

Les abeilles, qu'elles soient sauvages ou domestiques, osent une sortie sur les premières fleurs du printemps.

Elles nous amènent au cœur des mécanismes et des stratégies utilisés par les systèmes sexuels mâles ou femelles des fleurs.

L'objectif pour la fleur est d'aboutir à une fécondation croisée en utilisant un vecteur extérieur et mobile. Les abeilles sont certainement les insectes les plus efficaces pour ce travail. Voici un exemple avec deux espèces de fleurs du mois de mars 2016.

Abeilles sur les prunelliers sauvages

Une pollinisation réussie apporte de nombreuses baies de prunelles en libre service pour les frugivores.
Une pollinisation réussie apporte de nombreuses baies de prunelles en libre service pour les frugivores.
Une pollinisation réussie apporte de nombreuses baies de prunelles en libre service pour les frugivores.
Une pollinisation réussie apporte de nombreuses baies de prunelles en libre service pour les frugivores.

Une pollinisation réussie apporte de nombreuses baies de prunelles en libre service pour les frugivores.

Sur le prunellier sauvage, notre abeille emmagasine du pollen sur les corbeilles de ses pattes arrières. La récolte est possible grâce à des poils branchus qui couvrent le corps de l'insecte.

Les anthères (organes mâles) libèrent le pollen.

Le stigmate en jaune clair (organe femelle)  le récupère sur l'abdomen.

A son insu, l'abeille réalise une fécondation en  offrant son abdomen couvert de pollen au  pistil de la rosacée.

L'osmie cornue est l'une des premières abeilles sauvages qui émerge de sa cellule hivernale.

Comme pour l'apis mellifera, la fleur se sert des poils de l'abeille sauvage pour se reproduire.

Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation

Abeilles sur le romarin

Les abeilles domestiques sont à la recherche de pollen et de nectar pour développer leurs colonies. Le romarin offre tout cela avec abondance et en échange les abeilles autorisent la fleur à lui prodiguer des caresses non dénuées d'intérêt.

Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation
Au coeur de la pollinisation

Si l'on regarde de plus près, on s'apercoit que la fleur est aussi en pleine action par un effet mécanique. En effet, selon la maturité des systèmes sexuels mâles ou femelles l'abeille, en fouillant la fleur, actionne le pistil ou les étamines. L'abeille, sans s'en douter, reçoit ou donne le pollen qui se trouve cette fois sur le thorax ou sur la tête de l'insecte pollinisateur.

Chaque étamine et pistil d'une même fleur a une maturité décalée pour éviter une auto-fécondation. Les pollinisateurs réalisent une fécondation croisée.

En effet, le stigmate du pistil capte du pollen qui provient d'une autre fleur ou, mieux, d'une autre plante de romarin. Les abeilles semblent jouer le jeu car elles batifolent d'un pied de romarin à un autre.

Que deviendrait la reproduction de ces plantes sans les abeilles ?

 

 

 

Lire la suite

Moineaux friquets

9 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

Les jardins familiaux de Villejuif, très fréquentés par les passereaux. On y trouve deux espèces protégées : le bouvreuil pivoine et le moineau friquet.

Les jardins familiaux de Villejuif, très fréquentés par les passereaux. On y trouve deux espèces protégées : le bouvreuil pivoine et le moineau friquet.

Et le voilà enfin le petit moineau friquet (Passer montanus) des jardins familiaux situés dans le parc des Hautes Bruyères. Cela fait au moins deux ans que nous voulions l'avoir en portrait. En ce début du mois de mars 2016 nous venons de croiser un couple.

Ce passereau est aussi en diminution sur le territoire de l'Ile-de-France. Sa présence dans les jardins du Val-de-Marne est à surveiller.

Une espèce protégée que l'on peut confondre avec le Moineau domestique également présent en plus grand nombre dans ces jardins.M
Une espèce protégée que l'on peut confondre avec le Moineau domestique également présent en plus grand nombre dans ces jardins.MUne espèce protégée que l'on peut confondre avec le Moineau domestique également présent en plus grand nombre dans ces jardins.M

Une espèce protégée que l'on peut confondre avec le Moineau domestique également présent en plus grand nombre dans ces jardins.M

Pendant l’essentiel de l’année, le Moineau friquet est surtout granivore avec une préférence marquée pour les graminées sauvages, même s’il ne dédaigne pas celles cultivées. Toutefois, en période de reproduction, les adultes se nourrissent, ainsi que leurs poussins, de proies animales (insectes, essentiellement les pucerons, araignées…)

https://inpn.mnhn.fr/docs/cahab/fiches/Moineau-friquet.pdf

Espèce protégée (article 1 et 5 de l’arrêté modifié du 17/04/81), inscrite à l’Annexe III de la Convention de Berne.

Les deux taches noires sur les joues permettent de le reconnaitre à coup sûr.
Les deux taches noires sur les joues permettent de le reconnaitre à coup sûr.
Les deux taches noires sur les joues permettent de le reconnaitre à coup sûr.

Les deux taches noires sur les joues permettent de le reconnaitre à coup sûr.

Cet oiseau est cavernicole, c'est à dire qu'il niche dans les infractuosités. Les nichoirs lui conviennent très bien. les jardiniers grâce à l'intallation de nombreuses boites en bois jouent un rôle important pour sa présence dans cette zone du parc.

Les nichoir du type balcon ou boite aux lettres du modèle destiné aux  mésanges charbonnières font l'affaire.

Ici un modèle improvisé qui marche aussi.

Ici un modèle improvisé qui marche aussi.

Méfiance petits passereaux, le Faucon crécerelle n'est jamais très loin.

Méfiance petits passereaux, le Faucon crécerelle n'est jamais très loin.

Lire la suite

La corneille noire

9 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

Très habile pour détecter les nids et en piller le contenu.

Très habile pour détecter les nids et en piller le contenu.

Lire la suite

Le serin cini

9 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

Et voici encore un autre habitant des jardins familiaux, le serin cini (Serinus serinus).

Il est plutôt discret et c'est au cours de ses déplacements en troupe que l'on remarque sa présence.

Il se nourrit au sol dans les jardins pendant l'absence des jardiniers.

Le serin cini
Le serin cini
Le serin cini
Lire la suite

Accenteur mouchet

8 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

(Prunella modularis).

Il est partout. Dans les jardins, dans les parcelles. L'espèce est liée aux broussailles.

Insectivore et granivore, il recherche sa nourriture au sol. Le mâle est polygame et peut s'associer à une, deux, trois ou carrément quatre femelles.

Sédentaire ou migrateur, nous aimerions bien savoir d'où vient cet individu…

Accenteur mouchet
Accenteur mouchet
Accenteur mouchet
Accenteur mouchet
Accenteur mouchet
Accenteur mouchet
Lire la suite

Troglodyte mignon

8 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

On rencontre le troglodyte (Troglodytes troglodytes) dans tous les milieux.

Vous pouvez le croiser facilement dans les haies qui entourent les jardins. Il est remarquable par la puissance de son chant.

Troglodyte mignon
Troglodyte mignon
Troglodyte mignon
Troglodyte mignon
Troglodyte mignon
Troglodyte mignon
Lire la suite

Fauvette à tête noire

5 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

(Sylvia atricapilla) C'est un oiseau revenu d'hivernage. Il ne semble pas être en retard.

Plusieurs mâles étaient présents, il y a quelques jours. L'affaire a rapidement été réglée, et un couple est déjà très actif le matin malgré le froid.

Ces deux-là construisent leur nid au bord d'une rue de Cachan dans un massif de lierre. Ils utilisent le même emplacement que l'année passée.

La fauvette à tête noire est fructivore en dehors des périodes de reproduction.

La fauvette à tête noire est fructivore en dehors des périodes de reproduction.

Calotte rousse pour la femelle et calotte noire pour le mâle.
Calotte rousse pour la femelle et calotte noire pour le mâle.
Calotte rousse pour la femelle et calotte noire pour le mâle.
Calotte rousse pour la femelle et calotte noire pour le mâle.

Calotte rousse pour la femelle et calotte noire pour le mâle.

Fauvette à tête noire
Fauvette à tête noire
Fauvette à tête noire
Lire la suite

Le crapaud calamite

1 Mars 2016 , Rédigé par Dan

le crapaud calamite (Bufo calamita) est une espèce mobile adaptée aux milieux dynamiques.

Il colonise les plans d'eau pionniers, en particulier ceux crées par l'homme.

les anciennes carrières avec des plans d'eau ayant une excellente exposition au soleil lui conviennent parfaitement.Ces plans d'eau sont de préférence pauvres en végétation.

le crapaud Calamite possède des talents de mimétisme pour se fondre dans son biotope.
le crapaud Calamite possède des talents de mimétisme pour se fondre dans son biotope.le crapaud Calamite possède des talents de mimétisme pour se fondre dans son biotope.

le crapaud Calamite possède des talents de mimétisme pour se fondre dans son biotope.

Il trouve dans Les parcelles du parc des Hautes bruyères un site de reproduction qui lui convient.

Les photos sont prises dans les zones sableuses ou se trouvent les fours construit par l'équipe de l'archéo. Un tas de bois ferait aussi son affaire.

Protection:

le crapaud calamite est protégé à l'échelle internationale (convention de Berne annexe2 habitats annexe 2 4))

Pour en savoir plus :

Batraciens/crapaud calamite

Notice pour la conservation du crapaud calamite

Le crapaud calamite
Lire la suite

Le roitelet huppé

1 Mars 2016 , Rédigé par Dan Failler

Dans un petit square du côté de l'Haÿ-les-Roses. Un oiseau qui aime les conifères.Dans un petit square du côté de l'Haÿ-les-Roses. Un oiseau qui aime les conifères.
Dans un petit square du côté de l'Haÿ-les-Roses. Un oiseau qui aime les conifères.

Dans un petit square du côté de l'Haÿ-les-Roses. Un oiseau qui aime les conifères.

Lire la suite

Abeilles sauvages et enjeux du parc des Hautes Bruyères

24 Février 2016 , Rédigé par Dan Failler

Pour l'association, les enjeux du parc c'est d'abord et surtout de préserver l'existant.

Cette démarche est la base dans l'écologie de la conservation.

La présence d'abeilles sauvages qui nichent dans différents endroits du parc a donné naissance à une passion pour cet insecte. Les adhérents des Butineurs du Val de Bièvre s'engagent de plus en plus dans la préservation de cette richesse patrimoniale.

Le festival du mois d'avril leur est principalement dédié.

Affiche 2016

Affiche 2016

La chicorée sauvage et la Picride fausse vipérine bien identifiées et naturellement présentes doivent bénéficier d'une attention particulière.

Des plantations de saules ou encore des semis de scabieuses centaurées et une gestion adaptée des prairies de trèfle est maintenant vivement recommandé pour maintenir et améliorer l'existant.

La première action serait d'apporter une alimentation aux groupes d'abeilles identifiées ou à identifier en renforçant les ressources déjà présentes et nécessaires.
La première action serait d'apporter une alimentation aux groupes d'abeilles identifiées ou à identifier en renforçant les ressources déjà présentes et nécessaires.
La première action serait d'apporter une alimentation aux groupes d'abeilles identifiées ou à identifier en renforçant les ressources déjà présentes et nécessaires.
La première action serait d'apporter une alimentation aux groupes d'abeilles identifiées ou à identifier en renforçant les ressources déjà présentes et nécessaires.
La première action serait d'apporter une alimentation aux groupes d'abeilles identifiées ou à identifier en renforçant les ressources déjà présentes et nécessaires.

La première action serait d'apporter une alimentation aux groupes d'abeilles identifiées ou à identifier en renforçant les ressources déjà présentes et nécessaires.

Des lieux de nidification.Des lieux de nidification.Des lieux de nidification.
Des lieux de nidification.

Des lieux de nidification.

Ensuite vient la question des habitats fréquentés par les solitaires. Ce sont des lieux de nidification. Les pelouses sablo-argileuses, les talus piétinés, les bords de chemin et les talus sablonneux. Ces lieux doivent être protégés contre tout projet d'aménagement et même bénéficier d'une gestion très ciblée pour freiner l'évolution du milieu.

Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.
Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.
Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.

Des abeilles visibles dans le parc selon la floraison.

Enfin la création de nouveaux habitats pour les abeilles terricoles et sabulicoles.

La création d'un projet pédagogique, d'espace avec des hôtels et des plantes aromatiques est complémentaire mais secondaire à la réussite de la première phase de préservation-conservation.

Lire la suite
<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>